Avertir le modérateur

14 avril 2011

Un article tiré de Mondomix

Ferhat Tunç, un Kurde dans l'étau turc

 

 

Ferhat Tunç n'est pas un dangereux criminel, il est chanteur et son seul crime pourrait bien d'être Kurde. Il est aujourd'hui une nouvelle fois en prise avec la justice turque pour d'obscurs motifs. Présentation.

 

Tel est le quotidien de Ferhat Tunç : il y a deux semaines, un tribunal l'acquitte; dès le lendemain, la police se présente à son domicile pour l'informer de son inculpation dans deux autres affaires. Ferhat Tunç n'est pourtant pas un dangereux criminel. Il est chanteur et son seul crime est d'être kurde. Longtemps, il a été tout simplement interdit de chanter en kurde en Turquie. Ce n'est plus le cas aujourd'hui et la chanson kurde connaît une véritable renaissance. Mais les musiciens peuvent à tout moment être victimes de tracasseries judiciaires.


Malheureux malentendus...

Ainsi, l'album Keça Kurdan (en français : Une femme kurde) de la chanteuse Aynur Doğan, pourtant l'une des chanteuses turques les plus en vue sur la scène internationale, a été interdit à sa sortie. La chanson qui donne son titre à l'album, écrite par le célèbre Şivan Perwer, avait été comprise comme un appel aux armes. En réalité, il s'agissait d'une dénonciation de l'oppression des femmes. Le malentendu dissipé, l'interdiction a été levée quelques semaines plus tard.

 

 

Aynur Doğan

 Une justice turque très pointilleuse au sujet du PKK


L'affaire pour laquelle était jugé Ferhat Tunç était bien plus grave : elle aurait pu lui valoir une peine de 15 ans de prison ferme. Il était poursuivi pour un discours qu'il avait tenu le 15 août 2009 sur la scène du festival d'Erhu, une ville du sud-est de la Turquie. Il y avait dit son plaisir de pouvoir à nouveau jouer dans cette région dévastée par deux décennies de conflits entre l'armée turque et le PKK, le Parti des Travailleurs du Kurdistan, organisation indépendantiste armée. Il y avait également déclaré sa joie de voir certains des militaires qui s'étaient livrés à des violations massives des droits de l'homme pendant l'époque où la région connaissait la loi martiale, de 1987 à 2002, enfin traduits en justice.


S'ils avaient été définis comme une apologie des actions de guérilla du PKK, ces quelques mots seraient tombés sous le coup de l'article 7/2 de la loi anti-terroriste turque. Mais les juges de la ville de Diyarbakir en ont décidé autrement et ont acquitté Ferhat Tunç.

 

Ferhat Tunç

 

 

Ferhat Tunç : un combat pour la liberté d'expression

On ignore aujourd'hui de quels nouveaux délits il est accusé. Mais le chanteur ne semble pas avoir peur de ces intimidations. Cet homme, qui a connu l'exil en Allemagne, continue de publier des cassettes aux titres éloquents :  Yaşamak Direnmektir  (Vivre, c'est résister), Kani Susturum (Le silence du sang), Çığlıklar Ülkesi (Le pays des larmes), … Par chance, il n'est pas seul. Il a gagné cette année le prix pour la liberté d'expression de l'association Freemuse et des personnalités comme le joueur de oud libanais Marcel Khalife ou le rocker pakistanais Salman Ahmad sont intervenus pour lui auprès des autorité turques. Il aura probablement à nouveau besoin de ces soutiens bientôt ...

 15/11/2010 MONDOMIX

22:46 Publié dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu