Avertir le modérateur

16 janvier 2011

Nous sommes tous Tunisiens

Ce qui vient de se produire en Tunisie ne peut que nous réjouir et nous devons souligner le courage de tous ces Tunisiens qui au péril de leurs vies ont fait face à ce régime autoritaire et brutal. La police tunisienne n’a eu de cesse de vouloir anéantir ce mouvement. Face au danger, la volonté du peuple a pris le dessus avec le résultat que l’on connait. Désormais, on souhaite que ce pays se débarrasse de tous les dirigeants encore liés à l’ancien régime pour laisser place à la liberté et à l’émancipation de tous. L’émotion de cette révolution tunisienne a aussi traversé tous les peuples opprimés, c’est un exemple formidable pour tous ceux qui subissent la répression. Nous sommes fiers du peuple de Tunisie. Nous sommes, tout autant, aux cotés du peuple ivoiriens qui luttent pour faire prévaloir son droit acquis dans les urnes.

Face à ce monde qui bouge, nous avons noté le décalage dans lequel se trouvent nos soi-disantes démocraties. Le régime de Sarkozy allié de Ben Ali n’a à aucun moment dénoncé les atrocités du régime de Tunis. Faut-il alors entendre par démocratie : régime qui œuvre uniquement pour ses intérêts sans prise en compte des droits de l’homme.

Alors, aujourd’hui plus que jamais, nous voulons aussi apporter notre soutien à tous ces peuples qui luttent encore et toujours pour leurs libertés. A ce titre, les Kurdes qui luttent contre plusieurs états violents ne sont pas les plus chanceux. Face à l’Iran des extrémistes religieux ou la Turquie nationaliste-kémaliste soutenu par l’Occident, il sera difficile aux Kurdes seuls, de se libérer de cette répression.

Néanmoins, l’optimisme est de rigueur. L’Histoire nous a appris que les régimes les plus brutaux finissent toujours par sombrer. Et ironie de l’histoire, le régime de Ben Ali avait érigé comme une dès artères principale de Tunis, une rue nommée Kemal Ataturk…

00:03 Publié dans OPINION | Lien permanent | Commentaires (3)

04 janvier 2011

l’exécution du prisonnier politique kurde, Hossein Khezri, imminente

Selon plusieurs informations d’Iran, le prisonnier politique kurde, Hossein Khezri, risque d’être exécuté très prochainement.

Hossein Khezri (âgé de 29 ans) a été arrêté en 2008 à Kermanshah et condamné à mort en 2009 pour "Moharebeh" (guerre contre Dieu) de part son adhésion au parti politique kurde PJAK. Sa condamnation à mort a été envoyée à la "section d’application du verdict" en novembre 2010, après la publication d’une lettre qu’il avait été écrite de sa prison et qui décrivait la façon dont il avait été torturé.

Il a été détenu à la prison d’Oroumieh (dans le nord-ouest de l’Iran).

D’après l’agence d’information "des droits de l’homme" (HRANA), Hossein Khezri aurait été transféré dimanche soir de sa cellule vers un lieu inconnu, et les membres de sa famille sont inquiets car ce transfert pourrait avoir un lien avec l’application de sa sentence de mort.

Au moins 40 personnes ont été exécutées en Iran ces 13 derniers jours, et plusieurs prisonniers politiques risquent d’être exécutés.

L’association Iran Human Rights a demandé à la communauté internationale d’augmenter la pression sur les autorités iraniennes afin de suspendre l’exécution d’Hossein Khezri.

Iran Human Rights, 3 janvier 2011




 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu