Avertir le modérateur

20 janvier 2010

Syrie – La relégation kurde

Amnesty International
Céline Remy
Principale minorité ethnique d’une république syrienne qui se définit comme arabe et dont le parti au pouvoir est officiellement panarabiste, les Kurdes sont particulièrement ciblés par les services de sécurité et de renseignements.

Les Kurdes de Syrie sont sujets à de sérieuses violations des droits humains, ainsi que les Syriens dans leur ensemble, mais en tant que groupe, ils subissent également des discriminations systématiques basées sur leur identité, particulièrement dans le domaine des droits civils et politiques. Les Kurdes forment le deuxième plus grand groupe ethnique de Syrie : dans un pays à large majorité arabe (90%), ils représentent près de 10% de la population avec près de 2 millions d’âmes. Ils sont principalement situés dans le nord et le nord-est du pays (le long de la frontière avec la Turquie et l’Irak), régions à la traîne par rapport au reste du pays en termes d’indicateurs sociaux et économiques, une situation liée aux discriminations directes et indirectes à l’encontre de la population kurde.

En 1962, le gouvernement syrien a lancé une politique d’« arabisation » des zones à majorité kurde : près de 100 000 Kurdes de 300 villages ont été déplacés de force et remplacés par des Arabes dans le but de créer une « ceinture arabe » entre les Kurdes de Syrie et ceux de Turquie et d’Irak. Les villes et les villages ont été renommés en arabe.

Bien que l’interdiction de l’utilisation de la langue kurde (incluant les publications en langue kurde, les noms kurdes pour les entreprises ou magasins, les cours de langue kurde ou la diffusion de culture kurde) semble être peu appliquée au niveau local, elle reste profondément injuste et ne s’applique pas aux membres des autres minorités ethniques du pays (Arméniens, Circassiens, Assyriens et Juifs) lesquels peuvent donner des noms russes ou arméniens à leurs magasins ou tenir des écoles privées. En 1992, le ministère de l’Intérieur a interdit l’enregistrement d’enfants avec des noms « non-arabes » dans la province à majorité kurde d’al-Hassaka. Ces dernières années, des dizaines de Kurdes ont été arrêtés pour avoir célébré le Nawruz, le nouvel an kurde.

Plus inquiétant, une grande proportion de Kurdes de Syrie se voit dénier la nationalité syrienne et sont de ce fait tenus à l’écart de droits fondamentaux comme l’éducation, le travail ou les soins de santé. On estime à près de 360000 ces Kurdes syriens « apatrides » qui ne peuvent se procurer ni passeport ni documents de voyage (et ne peuvent ainsi ni quitter la Syrie ni y retourner légalement), ne peuvent ni voter ni être propriétaires, ne peuvent être employés dans le secteur public ou exercer une profession nécessitant l’adhésion à une corporation (journalistes, avocats, médecins, ingénieurs), et n’ont pas accès à l’université ou aux hôpitaux publics.

Enfin, les défenseurs des droits des Kurdes et les militants de la société civile kurde en général sont victimes d’une répression sévère et sont particulièrement exposés au risque d’être arrêtés ou emprisonnés, ce qui dans de nombreux cas signifie la torture et les mauvais traitements. Les chefs d’inculpation habituellement (et souvent uniquement) utilisés contre les Kurdes sont l’« implication dans des groupements cherchant à affaiblir la conscience nationale », la « tentative de séparation d’une partie du territoire syrien en vue de l’annexer à un État étranger » ou « l’incitation au factionnalisme », cette dernière pouvant être punie par la peine capitale.

Le climat de haine semble s’être aggravé suite aux incidents de mars 2004. La tension a grimpé entre supporters arabes et kurdes durant un match de foot à Qamishli, en région kurde, et les forces de police ont réagi en tirant à balles réelles sur la foule, apparemment dans la seule direction des supporters kurdes, faisant plusieurs morts. La manifestation et la procession funéraire qui se sont déroulées le lendemain ont aussi essuyé des tirs des forces de sécurité, ce qui a déclenché des émeutes pendant deux jours. Au total, ce sont au minimum 36 personnes qui ont été tuées, presque uniquement kurdes. Aucune enquête n’a été menée sur l’usage de la force par les services de sécurité, ni sur les arrestations massives (près de 2 000 Kurdes arrêtés), ni sur les accusations de torture en détention, ni tout simplement sur les causes possibles de ces événements. En outre, dans les mois qui ont suivi, au moins six Kurdes accomplissant leur service militaire sont décédés dans des circonstances suspectes, sans doute lors de passages à tabac ou de tirs à l’arme à feu portés par des supérieurs militaires ou des collègues.

L’année suivante, en 2005, la mort d’un haut dignitaire religieux a ravivé le sentiment de persécution des Kurdes de Syrie. Figure importante de la communauté kurde, Sheikh Muhammad Mashuq al-Khiznawi présidait le Centre sunnite d’Études islamiques et s’était prononcé en faveur de réformes en Syrie et d’un dialogue plus poussé entre les différentes communautés religieuses syriennes. Sheikh Muhammad Mashuq al-Khiznawi a « disparu » à Damas le 10 mai 2005. Vingt jours plus tard, son corps était remis à sa famille par les autorités, après avoir manifestement subi des tortures.

22:24 Publié dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Les boat-people kurdes seront légion dans un futur proche. Car des centaines de milliers de Kurdes ont été déchus, de génération en génération, de leur nationalité: on dénombre environs 500 000 Kurdes sans-papiers en Syrie actuellement, alors qu'ils vivent sur ces terres depuis des siècles.
Tant qu' à être sans-papiers mieux vaut l'être en Europe qu'en Syrie, sous une dictature!
Si j'étais kurde syrien, j'en aurais fait autant!
Ce ne sont pas des passeurs qui sont responsables de cette situation, mais le régime syrien. Les passeurs permettent à ses sans-papiers de fuir une dictature pour gagner l'Europe. Je ne vois pas pourquoi en quoi ils seraient coupables. Au contraire, ne pas aider un Kurde à fuir la Syrie est une forme de non assistance à personne en danger.
Wellcome!

Écrit par : Candide | 23 janvier 2010

Merci pour votre article, je découvre votre blog et je voulais vous remercier pour votre travail remarquable

Écrit par : appartement à louer | 05 juillet 2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu