Avertir le modérateur

21 novembre 2008

Les Kurdes : une minorité ?

Les analyses et les analystes décrivent souvent les Kurdes comme une minorité. Mais est-ce vraiment le cas ?

 

Premièrement, le cas de la Turquie. Il est très difficile de chiffrer le nombre de Kurdes vivant dans les frontières ‘’officielles’’ de la Turquie. Ils varient de 15 à 25 millions selon les sources. La natalité est bien plus importante chez les Kurdes que chez les turcs et l’explosion démographique à Istanbul comme dans les villes Kurdes est due à cette vitalité. On peut donc estimer les Kurdes du nord à 20 millions de personnes.

 

En seconde position on trouve les Kurdes d’Iran. La population kurde y est d’environ 8 millions de personnes sachant que les Perses qui détiennent le pouvoir ne représentent qu’un peu plus de 50 % de la population totale estimée à 70 millions de personnes.

 

En ce qui concerne les Kurdes du Sud (nord de l’Irak) ils sont de l’ordre de 7 millions. Leur nombre à l’avenir sera sans doute plus facile à comptabiliser du fait de la sécurité qui y règne et de la stabilité du pouvoir dans cette partie du Kurdistan. 

 

En Syrie, les Kurdes qui ont que peu de droits, sont 1,5 millions. Leur statut de minorité peut être atténué du fait de leur nombre important pour un pays de la taille de la Syrie.

 

Ces estimation à plus de 36 millions de Kurdes peuplant la zone géographique homogène du Kurdistan à cheval entre la Turquie, la Syrie, l’Irak et l’Iran nous révèle des données extrêmement intéressantes. En effet, ces Kurdes que l’on représente en tant que minorité et qu’on prive d’Etat forme le deuxième peuple en nombre d’individus du Moyen Orient, à égalité avec les Perses.

 

Plus de 36 millions de Kurdes vivent donc sur ces terres. Ces données ne prennent pas en compte les Kurdes qui vivent souvent en grand nombre dans tous le Moyen Orient comme au Liban mais aussi en Arménie, en Russie et dans beaucoup d’Etats d’Asie centrale.

 

Excepté sur leurs terres originelles et où légitimement les Kurdes réclament leurs droits, les Kurdes qui forment dans les autres Etats en question (Liban, Arménie ou Asie centrale) des minorités vivent en cohésion avec les peuples qui les composent.

 

Il est regrettable que les pays qui occupent le Kurdistan ne cherchent pas eux aussi à avoir une relation apaisée avec le peuple autochtone.

 

20 novembre 2008

Persécution suite...

Le maire de Sirnak, ville kurde occupée par la Turquie, a été condamné jeudi à 15 mois de prison pour avoir tenu des propos jugés comme de la "propagande" en faveur de la rébellion kurde du PKK, dans un entretien avec une télévision française.

Ahmet Ertak, membre du Parti pour une société démocratique (DTP), la principale formation pro-kurde du pays, était accusé d'avoir soutenu le Parti des travailleurs du Kurdistan.

Le procureur réclamait jusqu'à 7 ans de prison contre l'accusé pour ses déclarations à la chaîne d'information France 24 en 2007 où, selon l'accusation, l'édile demandait un "soutien" international au PKK.

L'avocat du maire a contesté ces propos lors de la dernière audience du procès qui s'est déroulé à Amed (Diyarbakir), la principale ville du sud-est kurde et a demandé l'acquittement de son client, refusé par les juges turcs. Il doit faire appel du verdict.

Source AFP

10:50 Publié dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sirnak, maire, pkk, prison

18 novembre 2008

Festival du cinéma Kurde de Paris

Le Festival du cinéma Kurde de Paris se tiendra du 19 au 25 novembre 2008 au cinéma Filmothèque du Quartier Latin (Paris 5ème) et au cinéma l’Archipel (Paris 10ème).  Cette deuxième édition du festival de Paris est organisée par l’association COCDARK (Collectif des Cinéastes et Artistes Kurdes). A cette occasion, on pourra redécouvrir des œuvres du plus grand cinéaste Kurde, Yilmaz Guney palme d’or à Cannes en 1982. Pour plus d’informations et le programme complet voir le site officiel du festival : http://www.festivalcinemakurde.fr/

05 novembre 2008

Erdogan provoque les Kurdes et continue…

 

En appelant les Kurdes à quitter la Turquie avec des slogans racistes (« tu aimes la Turquie ou tu la quittes »), le premier ministre reprend à son compte un adage fort répandu dans les milieux ultranationalistes. Ils "oublient" néanmoins de préciser que ce sont les turcs qui occupent le territoire millénaire des Kurdes. Les pièges tendus par les pouvoirs politiques et militaires turques se multiplient donc en ce moment. A l’approche des élections du printemps 2009, les turques tentent de radicaliser la contestation des Kurdes.

 

Mais cette politique risque bien de se retourner contre leurs auteurs. En effet, cela ne peut donner que plus de légitimité aux combattants Kurdes qui tiennent depuis près de 30 ans en échec l’armée occupante turque. Cela mènera enfin de plus en plus de jeunes à rejoindre cette résistance armée avec laquelle la Turquie sera amenée un jour à négocier coûte que coûte, alors le plus tôt sera le mieux. D’autant plus qu’avec la crise actuelle et son fort impacte sur la Turquie, toute tentative de vaste agression contre les Kurdes coûterait très cher à la Turquie. 

 

14:47 Publié dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : erdogan, turquie, resistance

01 novembre 2008

Erdogan provoque les Kurdes

Des affrontements ont opposé samedi la police à des centaines de Kurdes qui protestaient contre une visite du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan dans le Kurdistan et une explosion a fait deux blessés dans le sud-est.

Les Kurdes sont de plus de plus mécontents de l'intensification des opérations de l'armée contre les kurdes et des mauvais traitements que subit selon eux dans sa prison le leader de la rébellion, Abdullah Öcalan, condamné à la détention perpétuelle.

M. Erdogan, arrivé samedi à Van, dans l'est, pour rencontrer les responsables locaux, a été accueilli par des manifestations.

Les protestataires, principalement des sympathisants du principal parti kurde, le Parti de la société démocratique (DTP), ont lancé des pierres et des cocktails Molotov en direction de la police, refusant de se disperser, selon des images de la télévision.

La police a procédé à des tirs et utilisé des gaz lacrymogènes contre les manifestants, qui se sont mis à courir dans les rues. Un policier et un civil ont été blessés et plusieurs manifestants ont été interpellés.

Sept véhicules ont été incendiés au cours de ces violences, qui se déroulaient à 150 mètres de l'endroit où M. Erdogan prononçait un discours pour l'inauguration d'un ensemble de logements financé par le gouvernement, devant une foule de partisans qui agitaient des drapeaux turcs.

Par ailleurs en France, une manifestation pro-kurde a rassemblé environ une cinquantaine de personnes dans le quartier des Halles à Paris le samedi 1er novembre 2008

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu